theoneminutesjr
Des jeunes filment leurs perspectives (Cinéma) - actualités Madagascar avec l'Express de Madagascar


Par le biais de films courts, seize jeunes issus de différents milieux ont pu montrer leurs espérances. Entre rire et réalisme qui laissent songeur.

Lors de l'avant première à l'Institut français de Madagascar des seize films courts sur le thème « défis, espoir et rêves », les yeux se sont rivés sur les seize jeunes et enfants qui les ont réalisés. Cette initiative de l'Unicef leur a permis, à chacun, de s'exprimer en une minute. Apparemment pour ces jeunes, les rêves ne manquent pas. Plusieurs mots viennent à l'esprit en regardant les films : réussite, paix, voyage, travail, justice. Des valeurs et des situations mises en image par ces réalisateurs en herbe, parfois de manière comique ou interpellatrice. Comme le mini-film au titre sans ambages, « Fiainana » ou « La vie » de Felatiana Raharimalala.

Cette jeune fille a mis toute son histoire, une enfance malheureuse, en soixante secondes. La scène s'ouvre au crépuscule au bord d'un lac. L'actrice est ligotée par une longue corde. Deux filles arrivent et délie le fil qui l'emprisonne. Dans leur lancée, les deux filles à chaque bout de la corde tourne celle-ci. La scène finit dans un jeu de corde. En résumé, Felatiana Raharimalala a évoqué son passé difficile qui, au final, lui a servi de porte d'entrée vers une vie meilleure. Enfant vulnérable, un centre social lui a permis d'orienter sa vie et de s'en sortir. Elle l'a symbolisée dans le film.

Créativité prouvée

Ou comme, « Ny hirahiranao » ou « Ta chanson » de Tendry Andriamitandrina. C'est une vraie démonstration de créativité pleine d'empreints. Le jeune garçon se prélasse dans un jardin, quand une chanson surgit de nulle part. TendryAndriamitandrina emmène le spectateur dans un rêve où il devient une idole des jeunes. Mais tout d'un coup, l'image revient à ce jeune homme endormi sur une pelouse. Réveillé, il sort son téléphone de sa poche. En réalité, c'est la sonnerie de son gadget qui a inspiré son rêve. La descente sur terre est difficile. Mais le public est conquis par le genre de films d'auto-dérision et plein d'humilité venant d'un aussi jeune garçon. Ainsi seize films ont été produits par le biais de l'Unicef et des Rencontres du films courts. Ces jeunes enfants sont issus d'une sélection à partir de réseau de jeunes et d'association ayant des enfants vulnérables à charge. Pour récompense, les œuvres seront diffusées à travers le monde.
Maminirina Rado
Lundi 21 mars 2011

click this